Loading-img
 
INVITATION AU VOYAGE

INVITATION AU VOYAGE - Birmanie

Kyo so ba de Myanma !

Jadis l’une des civilisations les plus flamboyantes d’Asie, le Myanmar (ou Birmanie) est un pays mystérieux qui à la fois fascine le voyageur et l’inquiète. Joyau caché dans un écrin de fer, le pays aux mille pagodes a durant des décennies été enfermé dans une dictature parmi les plus dures de la planète, l’empêchant de s’ouvrir au monde.

Depuis environ 15 ans, les autorités acceptent un tourisme très encadré, probablement plus par appât du gain que par volonté de démocratisation. Mais depuis la fin de l’année 2011, l’optimisme semble enfin permis, le régime faisant mine à la fois d'accepter une certaine ouverture politique et desserrer l’étau dans lequel il tenait la population. Des prisonniers politiques sont libérés et Aung San Suu Kyi, figure emblématique de l’opposition pro-démocratie, est autorisée à se présenter aux élections d’avril 2012. Hillary Clinton, puis Alain Juppé, chefs de la diplomatie américaine et française, ont inauguré une série de visites officielles, et l’Union européenne a allégé ses sanctions.

Bien sûr, ces signes ne sont qu’un timide début de route vers la démocratie, mais tout chemin commence par un pas.

Pour l’heure, le Myanmar, qui a depuis longtemps été préservé, pour le meilleur comme pour le pire, des influences extérieures, a conservé un mode de vie très traditionnel. Sa riche histoire, au cours de laquelle des souverains venus de diverses régions d’Asie ont rivalisé d’audace architecturale pour imposer leur capitale, leur pagode, leur idée de la civilisation, a doté le pays d’un des plus fascinants héritages culturels au monde. Les sept ethnies principales, ainsi que les quelque 300 minorités reconnues, chacune avec ses traditions et sa langue propre, témoignent d’une diversité dont on s’étonne et s’émerveille tout au long du voyage. Et surtout, la gentillesse désintéressée des Birmans est sans égale et est à elle seule un trésor national.

L'équipe de rédaction

mise en garde

Le monde du tourisme est en perpétuelle évolution, a fortiori dans un pays longtemps fermé et en voie d'ouverture comme le Myanmar. Malgré notre vigilance, des établissements, des coordonnées et des prix peuvent faire l'objet de changements qui ne relèvent pas de notre responsabilité. Nous faisons appel à la compréhension des lecteurs et nous nous excusons auprès d'eux pour les erreurs qu'ils pourraient constater dans les rubriques pratiques de ce guide.

Les plus de la Birmanie
Des paysages diversifiés

La multiplicité des climats du Myanmar favorise une végétation très variée. Les routes se perdent tantôt dans les rizières autour de Yangon, tantôt dans les savanes de Bagan, dans la jungle de Chaung Tha ou encore dans les plateaux du lac Inle. Les plages de sable blanc à l’ouest savent séduire les voyageurs tout comme les montagnes de l’Himalaya au nord. Deux fleuves traversent le pays du nord au sud, l’Irrawaddy et le Tanlwin. Toute une histoire s’est développée sur leurs rives et le transport de bambou sur ces eaux devient un véritable spectacle.

Une grande diversité architecturale

Les Anglais ont laissé à Yangon de nombreuses constructions datant de l’époque coloniale. Reconvertis en bureau administratif, ces bâtiments colorés se mêlent au décor entre pagodes et immeubles modernes. Construites en bois de teck, les anciennes demeures birmanes, dont le dernier étage est ouvert aux quatre vents, permettent d’imaginer la vie assez ralentie dont bénéficiaient les riches propriétaires. Insolites et surprenants, les sites historiques Bagan et Mrauk-U représentent, eux aussi, une spécificité architecturale du pays. A Bagan, les temples suivent le même modèle : base carrée, toit en stûpa, le tout en petites briques. Ce système obligeait à surmouler un décor en stuc. Contrairement à ces normes bouddhiques birmanes, le site de Mrauk-U est plus grossier. Construit en grès, un décor sculpté a ainsi été intégré directement. Cette architecture massive, dotée de cavités souterraines, est unique en Asie du Sud-Est.

Une destination authentique

Voici un pays qui rassemble une centaine de cultures différentes. Chaque ethnie minoritaire a ses propres croyances, ses tenues traditionnelles et ses recettes culinaires originales. Ouvert aux touristes depuis seulement une quinzaine d’années, et freiné économiquement par l’ostracisme du gouvernement et les sanctions internationales, le Myanmar est resté dans une autre époque. Les chars à bœuf et attelages de chevaux sont des moyens de transport encore largement utilisés, les labours se font à la force des buffles et la lessive sur une pierre au bord de la rivière. Les Birmans sont restés d’une innocence touchante qui surprend les voyageurs.

Un peuple accueillant

A cause de (grâce à ?) leur isolement, les Birmans font preuve d’une curiosité totalement désintéressée. C’est pourquoi des familles invitent souvent les voyageurs à dîner avec eux et n’hésitent pas à donner tout ce qu’ils ont pour varier les plats et satisfaire leurs invités. En revanche, ils ne mangent que rarement avec eux. Tous assis autour d’une table, les Birmans préfèrent regarder manger ces gens venus d’ailleurs en discutant, ce qui peut être parfois dérangeant car ils observent la moindre grimace lorsque vous croquez un aliment inconnu. Enfin, il est préférable de ne pas finir les plats car, une fois de retour dans votre hôtel, les restes font office de repas pour vos hôtes. De toute façon, sans aller jusqu’à l’invitation, impossible de se perdre ! Chaque Birman prend un soin particulier à guider les touristes égarés. En remerciement, vous pouvez les accompagner, boire un thé pour discuter un moment. De plus, ce peuple du sourire fait preuve d’une patience incroyable qui est très appréciable lorsque les transports sont périlleux. Malgré leur situation parfois peu enviable, ils font preuve en tous temps d’une remarquable joie de vivre.

Un bouddhisme omniprésent

Le pays vit au rythme de la religion. Les décisions sont prises à l’intérieur des temples. Les moines jouissent d’une aura particulière et d’une influence importante auprès de la population, ce que tolère parfaitement le pouvoir militaire qui laisse pleinement s’exprimer la ferveur des fidèles. Les monastères ne se comptent plus et les occasions d’en apprendre plus sur le bouddhisme ne manquent pas. Les moines sont très accueillants et vous expliqueront volontiers la philosophie bouddhiste qui anime le pays dès l’aurore avec l’aumône aux moines et aux nonnes.

L’aventure au quotidien

Visiter le Myanmar est de toute façon une aventure. Les bus qui tombent en panne au milieu de nulle part, les serpents… Pour ceux qui veulent prendre des risques (mesurés !) le choix est large. Des promenades à dos d’éléphants dans le camp de Sein Yé, un tour en montgolfière au-dessus du site de Bagan, des trekkings dans les villages alentour de Kalaw, ou simplement l’aventure d’un plat inconnu et non-identifiable dans une petite gargote de quartier !

Un artisanat de qualité

L’industrialisation n’ayant pas encore frappé de plein fouet le pays, chaque village regorge de tailleurs, de menuisiers, d’orfèvres. Bagan est connu pour ses objets de laque naturelle et d’écrin de chevaux. Au lac Inle, de magnifiques châles sont fabriqués à partir de fibres de lotus. Les femmes Kachin ou Chin fabriquent encore à la main des longyis et les confiseries les plus prisées du pays, les jaggery, sont prélevées directement sur les palmiers et travaillées avec la puissance des bœufs. Enfin, les travailleurs de métaux sont d’une minutie à toute épreuve et fabriquent parmi les bijoux les plus fins et les plus prisés au monde.

La méditation, art de l’esprit birman

Le pays est l’une des destinations les plus prisées pour la méditation. La plupart des monastères offrent cette possibilité et les visiteurs étrangers seront volontiers initiés par les moines. L’attitude des Birmans face à une vie pas toujours évidente trouve une de ses origines dans la méditation. Faire un tour quelques jours dans un monastère est une excellente façon de s’immerger dans un pays dont la force spirituelle puise son énergie dans cet art de l’esprit. Il n’est pas nécessaire d’être bouddhiste pour s’y essayer.

Une année de célébrations

Tous les mois de l’année sont l’occasion de célébrations religieuses. Les pagodes sont le lieu de toutes les grandes manifestations et particulièrement fréquentées lors des pleines lunes. Entre ordination de jeunes moines, célébrations des Nats, mariages, jour de pleine lune, festival de l’eau, nouvel an des tribus, il est difficile de passer à côté des festivals qui regroupent toute la communauté et le village et pour lesquels tout le monde s’apprête. Des festivals hauts en couleur.

Fiche technique
Argent

Monnaie officielle : le kyat (K). Aucune pièce en circulation, uniquement des billets de 5, 10, 20, 50, 100, 200, 500, 1 000 et 5 000 K. Depuis la récente inflation, les billets au dessous de 50 K sont très rares et sont en général uniquement donnés aux enfants en guise de jouets. Les billets de 5 000 K sont surtout utilisés par les touristes.

Monnaie utile : si le kyat est utilisé pour les petites dépenses, le dollar est la monnaie reine pour toutes les dépenses au-dessus d'une dizaine de dollars, comme les hôtels, les excursions, etc. Ainsi, ne changez à votre arrivée qu'une petite partie de vos dollars ou euros en kyats, quitte à rechanger plus tard. Le dollar se change partout, l'euro est largement accepté dans les grandes villes mais plus difficilement ailleurs.

Taux de change : 1 € = 1 015 kyats. 1 US$ = 815 K. Ces taux sont les taux officiels observés dans les agences du gouvernement. Le meilleur taux observé en janvier 2012 était celui du bureau de change de l'aéroport. Vous pourrez également changer au marché noir à Yangon, au marché Bogyoke, autour de la pagode Sule ou dans pratiquement tous les hôtels du pays. Attention, pour les dollars surtout, les agences officielles n'acceptent que les billets flambant neufs n'ayant jamais été pliés. Le marché noir est un peu plus tolérant, et les euros usagés sont mieux acceptés que les dollars.

Idées de budget : une nuit en guesthouse (petit budget) 8 à 12 US$ par personne en chambre double ; un petit déjeuner dans une maison de thé 800 K ; un repas moyen 2 500 à 5 000 K ; une course à Yangon en taxi 1 500 à 4 000 K ; une bouteille d’eau 200 à 400 K ; un paquet de cigarettes 750 K. Pour les petits budgets, compter un minimum de 45 € pour 2 personnes par jour, 80 € pour un budget moyen, et à partir de 250 € pour un voyage tout confort. Visites et transports compris.

La Birmanie en bref

Nom officiel : la Birmanie, nom le plus utilisé dans les pays francophones, fut rebaptisé en 1989 Union du Myanmar, afin entre autres de souligner sa multi-ethnicité en se détachant du nom de l'ethnie majoritaire, les Birmans. Fin 2010, lors du passage d'un gouvernement militaire à un gouvernement civil, le nom du pays devint République de l'Union du Myanmar. Ce nom est officiellement reconnu par l'ONU, mais pas par tous ses membres.

Capitale : jusqu’en novembre 2005, il s’agissait de Yangon, environ 5 millions d’habitants. Officiellement la capitale est aujourd’hui Nay Pyi Daw (la demeure des rois).

Superficie : 678 500 km².

Frontières : 5 876 km. Pays frontaliers : Bangladesh 193 km, Chine 2 185 km, Inde 1 463 km, Laos 235 km et Thaïlande 1 800 km.

Chef de l'Etat : Thein Sein.

Régime politique : République officiellement, mais dirigée de fait par une junte militaire.

Année de l’indépendance : 4 janvier 1948.

Politique

Chef de l'Etat : à la tête du parti Union Solidarity and Development Party (USDP), le président Thein Sein, général de l'armée et au pouvoir depuis novembre 2010. Il était auparavant chef du gouvernement sous la dictature militaire.

Dernières élections : le 7 novembre 2010. Victoire du parti politique pro-junte et composé de nombreux militaires. La NLD d'Aung San Suu Kyi n'a pas participé, et les élections ont été largement dénoncées par la communauté internationale comme frauduleuses.

Elections d'avril 2012 : le 1er avril 2012, la NLD remporte 41 des 45 sièges mis en jeu lors de l'élection partielle du parlement, malgré de nombreuses irrégularités.

Partis politiques

NLD (National League for Democraty, Ligue nationale pour la démocratie), légalisé par le pouvoir en place depuis décembre 2011, avec pour président Aung Shwe et secrétaire générale Aung San Suu Kyi.

USPD (Union Solidarity and Development Party, Parti de l'union, de la solidarité et du développement) au pouvoir.

SNLD (Shan National League for Democracy, Ligue des nationalités shan pour la démocratie).

De nombreux petits partis pour les différentes minorités ethniques, le plus souvent agissant dans l’ombre.

Géographie

Climat : mousson tropicale et saison des pluies – nuageux, chaud et humide (de juin à septembre), éclaircies, températures douces, humidité moindre (d’octobre à février), chaleur pesante (de mars à mai).

Ressources naturelles : pétrole, zinc, charbon, arbre, pierres précieuses, calcaire, gaz naturel, antimoine, tungstène, cuivre, plomb, énergie hydraulique.

Risques naturels : tremblements de terre, inondations et glissements de terrain fréquents pendant la saison des pluies.

Problèmes environnementaux : déforestation, pollution industrielle de l’air, de la terre et de l’eau, mauvaises installations sanitaires et traitements de l’eau contribuent au développement de maladies.

Population

Population totale : 61,2 millions (estimation FMI 2011).

Langue officielle : birman.

Langues parlées : plus de 200 dialectes et langues régionales, plus l'anglais parlé dans les grandes villes.

Structure par âge

De 0 à 14 ans : 26,4 %.

De 15 à 64 ans : 68,5 %.

Plus de 65 ans : 5,1 %.

Groupes ethniques

Birman 68 % • Shan 9 % • Karen 7 % • Rakhine 4 % • Chinois 3 % • Indian 2 % • Môn 2 % • autres 5 %.

Religions

Bouddhistes 89 % • chrétiens 4 % (protestants 3 %, catholiques 1 %) • musulmans 4 % • animistes 1 % • autres 2 %.

Divers

Densité : 79,8 hab/km².

Espérance de vie : 65,2 ans.

Mortalité infantile : 49,2 ‰.

Alphabétisation : 91,9 %.

Maladies infectieuses : haut risque avec les maladies portées par l’eau et la nourriture – diarrhée bactérienne et protozoal, hépatite A et typhoïde. Maladies portées par les moustiques : dans certaines régions haut risque de malaria et de fièvre dengue.

Economie

PIB : 35,6 milliards de dollars (2010).

PIB/habitant : 1 246 US$/hab. (2010).

Taux d’inflation : 7,9 % (2010).

Principaux pays clients : Thaïlande (44%), Inde (18%), Chine (officiellement 7%) et Singapour (6%).

Principaux pays fournisseurs : Chine (28%), Thaïlande (21,5%), Singapour (18%) et Japon (10%).

Drogues

2e producteur mondial d’opium, après l’Afghanistan, la Birmanie affirme vouloir éradiquer tout trafic de drogue d'ici 2014. Elle ne semble cependant pas avoir les moyens de ses ambitions, de nombreuses régions étant encore fortement productrices. La production d'héroïne, par exemple, a augmenté de 20% en 2010, et le pays bénéficie du déclin du marché afghan.

Téléphone

Comment téléphoner ?

De France en Birmanie : code 00 95 (ou +95) + indicatif régional sans le zéro + 5 ou 6 chiffres du numéro local. Exemple pour téléphoner à Yangon : 00 + 95 + 1 + 12 34 56.

De Birmanie en France : code 00 33 (ou +33) + indicatif régional sans le zéro + 8 chiffres du numéro local. Exemple pour téléphoner à Toulouse : 00 + 33 + 5+ 61 62 63 64.

De Birmanie en Birmanie, d’une région à l’autre : indicatif régional avec le zéro + 5 ou 6 chiffres du numéro local. Exemple pour téléphoner de Yangon à Mandalay : 02 + 12 34 56.

De Birmanie en Birmanie, en local : les 5 ou 6 chiffres du numéro local. Exemple pour téléphoner de Yangon à Yangon : 23 45 67.

Coût du téléphone

Pas de cartes téléphoniques.

A l’international depuis un hôtel : de 5 à 10 US$ la minute.

Entre deux régions dans un magasin sur la rue : 200 ou 300 K la minute.

En local dans un magasin sur la rue : 100 K la minute.

Achat d’une carte Sim valable un mois : de 20 à 25 US$.

E-mail : de 400 à 2 000 K l’heure sur Internet.

Décalage horaire

Heure universelle + 6 heures 30. En France, en hiver : 5 heures 30. Ex : lorsqu’il est midi à Paris, il est 17h30 à Yangon. En été : 4 heures 30. Ex : lorsqu’il est midi à Paris, il est 16h30 à Yangon.

Formalités

L'entrée en Birmanie requiert pour les citoyens européens et américains la possession d'un passeport valable 6 mois après votre date de retour, ainsi que d'un visa d'une validité maximum de 28 jours, à se procurer auprès de l'ambassade avant votre départ.

Climat

Comme la plupart de ses voisins d'Asie du Sud-Est, la Birmanie jouit d'un climat tropical, alternant une saison sèche et une saison des pluies. Cependant, des variations relativement importantes sont observables selon les régions. Si Yangon est chaud et humide pendant une grande partie de l'année, les plateaux centraux jouissent d'une atmosphère plus tempérée, et neige et glaciers sont présents dans le nord du pays, dans les contreforts de l'Himalaya.

Saisonnalité

De fin mai à septembre ou octobre, la mousson s’abat sur le pays. L’accès à certains lieux isolés peut être difficile ou impossible à cause de l’affaissement des routes, mais les principaux sites touristiques ne sont pas concernés et cette période est agréable car les touristes sont peu nombreux.

D’octobre à fin février, c’est la saison tempérée, douce et sèche, idéale pour visiter la Birmanie. Le soleil est au rendez-vous, mais les températures restent supportables, il faudra même prévoir pull-overs, bonnets et parfois gants dans le Nord, et dans la région de Mandalay un chandail le soir ne sera pas de trop. La pluie a verdi les rizières, et la jungle est luxuriante. Très photogénique !

De fin février à mai, la chaleur est vraiment écrasante, les visites en milieu de journée, difficiles. Cette saison se prête parfaitement aux adeptes de bain de mer.

Le drapeau de la Birmanie

Le drapeau de la Birmanie est composé de trois bandes horizontales de largeurs égales, dont les couleurs sont de haut en bas jaune, vert et rouge.

Une étoile blanche en son centre se superpose aux couleurs sur les 6/7e de la hauteur du drapeau.

Le jaune repésente la solidarité, le vert la paix mais aussi la végétation luxuriante, le rouge la valeur ainsi que la capacité à prendre des décisions. L'étoile symbolise l'union des nombreuses ethnies du pays.

Ce drapeau fut adopté le 21 octobre 2010, pour marquer le passage officiel d'un Etat militaire à une république civile.

Idées de séjour
La Birmanie en 10 jours

En 10 jours, pas le temps de traîner ! Pour cet itinéraire de découverte des classiques du pays, nous vous recommandons de rejoindre les différents sites en avion.

Jour 1 : Yangon. Aéroport de Yangon : pagodes bouddhistes, architecture victorienne et jardins exotiques. Symbole national à ne pas manquer : la pagode Shwe-Dagon.

Jour 2 : Yangon – Amarapura – Ava – Sagain. Envol matinal pour Mandalay où se perpétuent les traditions du pays. Sur le vieux pont de U Bein, se dévoile fièrement la très monastique Amarapura. Sculpteurs, tisserands, couturiers et rouleuses de cheeroots bercent le quotidien de cet ancien royaume. Le pittoresque site d’Ava mène au sommet de Sagaing offrant un merveilleux panorama.

Jour 3 : Mingun – Mandalay. Capitale de la démesure avec son immense pagode et sa gigantesque cloche de 90 tonnes, Mingun offre l’occasion d’une courte navigation sur l’Irrawaddy. De retour à Mandalay, visite de la célèbre et paisible pagode Mahamuni et le monastère en bois sculpté de Shwenandaw Kyaung. Passant quelques fabriques de feuilles d’or, on découvre ensuite la fameuse « Mandalay Hill » à l’heure mystique du crépuscule.

Jour 4 : Mandalay – Bagan. Descente par bateau du fleuve mythique Irrawaddy pour rejoindre Bagan. La pagode Shwezigon se dévoile pour annoncer l’arrivée à Bagan, site emblématique du pays.

Jour 5 : Bagan. Accès au site par la grande porte Tharaba avant de rejoindre Nyaung Oo et la très respectée Shwezigon. Visite des temples : Manuha, Nanbaya, Bupaya et le stûpa Mingala évoquent la splendeur de Bagan. Au soleil couchant, la splendide Ananda révèle sa magie.

Jour 6 : Bagan – Mont Popa. Paysage semi-désertique parsemé de palmeraies. La vie des campagnes birmanes défile avant d’arriver au pied du mont Popa, véritable éperon rocheux couronné d’un monastère. Un splendide panorama s’offre à ceux qui en feront l’ascension.

Jour 7 : Mont Popa – Kalaw. Les montagnes du pays Shan. Paysages exotiques et traditions des ethnies Palaung, Pa O et Danu. Cultures sur brûlis. Arrivée à Kalaw, ancienne villégiature coloniale.

Jour 8 : Kalaw – Inle. Nyaung Shwe : chaleur et simplicité aux portes du lac Inle. Etonnant pays lacustre de Ywama à Phaung Daw Oo. Monde flottant des inthas, avec ses jardins et ses monastères sur pilotis tel Nga Phe Kyaung, le monastère des « chats sauteurs » . Marche de Nyaung Shwe, jardins flottants, pagode de Phaung Daw Oo, site In Dein, balades en bateau. Nuit au lac. Trajet de nuit pour Mandalay.

Jour 9 : Inle – Yangon. Retour en bateau à l’embarcadère et dernières flâneries sur les rives du canal avant de rejoindre l’aéroport de Heho pour embarquer à destination de Yangon.

Jour 10 : Yangon. Yangon avec un œil plus familier, sur l’esplanade de la Shwedagon, dans les allées du marché Bogyoke ou les ruelles animées du centre-ville.

La Birmanie en 21 jours

Cet itinéraire, moins précipité quoique bien rempli, peut s'effectuer par la route.

Jour 1 : Yangon – Bago – Kyaiktiyo. A Bago visite du bouddha couché de Shwe Tha Lyaung et des pagodes Shwe Maw Daw. Kyaiktiyo, visite du rocher d’Or.

Jour 2 : Kyaiktiyo – Taungoo. 1 jour de route.

Jour 3 : Taungoo – Kalaw. La montée du plateau Shan surprenante, la route très accidentée (gorges, forêts de teck).

Jour 4 : Kalaw (trekking Ethnie Palaung). Trekking d’une journée dans les montagnes et plantations de feuilles de cheroots. Départ à pied pour Painnepin, village des minorités palaung (environ 4 heures de marche).

Jour 5 : Kalaw – Pindaya – Nyaung Shwe. Route pour Pindaya : visite de la grotte aux 8 000 bouddhas puis route vers Taunggyi et Nyaung Shwe, située au bord du chenal menant au lac Inle.

Jour 6 : Inle lake : lac Inle. Journée découverte : les jardins flottants, la pagode Phaung Daw Oo, Shwe In Dein au sud du lac, le monastère des Chats sauteurs, les villages lacustres et les populations Inthas.

Jour 7 : Inle lake (trekking).

Jour 8 : Inle lake – Mandalay. 8 heures de route.

Jours 9 et 10 : Mandalay – Mingun – Sagain. Promenade sur le pont U Bein, le monastère Maha Gandayon et la ville d’Ava avec son monastère Bagaya Kyaung. Mingun (excursion en bateau, sa célèbre cloche et sa pagode inachevée) et Sagain (pagode Kaugmudaw, ateliers de poterie et travail de l’argent). Visite de la pagode Mahamuni, des sculpteurs de marbre, de bronze, batteurs d’or, tapisserie, marché Zegyo, monastère Shwenandaw, la pagode Kuthodaw. La colline de Mandalay. Spectacle de musique traditionnelle ou marionnettes en soirée.

Jour 11 : Mandalay – Monywa. Visite du site de Monywa. Artisans argentiers du grand bouddha couché, temple Thanboddhay, grotte de Po Wing Taung et Shwe Ba Taung.

Jour 12 : Monywa – Bagan. 7 heures de route, ou autre alternative qui consiste à prendre le matin très tôt un bateau pour descendre l’Ayeyarwaddy jusqu’à Bagan.

Jours 13 à 15 : Bagan – mont Popa – Salay – Bagan. 2 jours de visite du site avec la découverte de ses temples, monastères et ruines, le marché du vieux Bagan, une fabrique de laque, la pagode Tayokepyay. Visite du mont Popa à 1 520 m (700 marches). Visite de l’ancienne ville coloniale anglaise de Salay.

Jour 16 : Bagan – Pyay. 7 heures de route à travers la brousse.

Jour 17 : Pyay – Pathein – ChaungTha. En route vers Pathein (la ville aux ombrelles de soie), puis arrivée à ChaungTha.

Jours 18 et 19 : ChaungTha. Séjour balnéaire.

Jour 20 : ChaungTha – Yangon. Visite de la ville de Pathein. Puis départ pour Yangon.

Jour 21 : Yangon. Visite de la pagode Kyaukktagyi avec son bouddha couché et la pagode Shwedagon, musée national. La pagode Sule, le marché Bogyoke, la pagode Botataung et le quartier chinois.

Séjours thématiques
La Birmanie des capitales

En 2005, la junte birmane installait une nouvelle capitale à Naypyidaw, perpétuant une tradition plurimillénaire. Selon les changements de dynasties, ou le simple bon vouloir des dirigeants, le pays a subi depuis le début de son histoire une vingtaine de changements de capitale. L’itinéraire suivant vous fait découvrir les plus importantes d’entre elles.

Jour 1 à 3 : Yangon. Capitale de 1886 à 2005, la capitale économique et plus grande ville du pays a surtout été la capitale de la colonie britannique.

Jour 4 à 7 : Mrauk-U. Envol vers Sittwe, d’où vous prendrez un bateau pour Mrauk-U. Capitale sous l’Empire rakhine de 1433 à 1785, Mrauk-U regorge de temples dispersés parmi les collines.

Jour 8 : Mrauk-U – Yangon – Mandalay. Envol matinal pour Mandalay via Yangon, deuxième ville du pays et dernière capitale de la Birmanie indépendante avant l’invasion des Anglais. Elle fut le siège du gouvernement pendant seulement 24 ans, de 1861 à 1885.

Jour 9 : Mandalay. Un deuxième jour à Mandalay vous sera nécessaire pour visiter la ville.

Jour 10 : Ava – Amarapura. Plusieurs fois capitale entre 1364 et 1837, Ava fut une des villes phares de l’Empire bamar. Amarapura fut également capitale à deux reprises aux XVIIIe et XIXe siècles.

Jour 11 à 13 : Mandalay – Bagan. Capitale de 1044 à 1287, Bagan témoigne de la ferveur religieuse et de la mégalomanie de toute une dynastie, avec sa plaine aux 10 000 pagodes.

Jour 14 : Bagan – Yangon. Retour à Yangon, pour profiter d’une soirée supplémentaire.

Jour 15 : Bago. Capitale de 1369 à 1581, Bago et ses temples se visitent en une journée.

Jour 16 : Départ de Yangon.

Architecture bouddhiste

Signe de leur ferveur religieuse ou expression de leur mégalomanie, les monarques successifs de la Birmanie ont rivalisé d’audace dans la construction de temples et pagodes. L’itinéraire suivant vous permet de faire connaissance avec les plus formidables concentrations de ces lieux de culte.

Jours 1 et 2 : Yangon. Profitez de ces premiers jours dans la plus grande ville de Birmanie pour visiter entre autre la Shwedagon, plus grande pagode du pays et lieu de recueillement quotidien de milliers de Birmans.

Jours 3 à 8 : Mrauk-U. Envolez-vous vers Sittwe, et prenez un bateau pour Mrauk-U. Capitale sous le royaume d’Arakan, Mrauk-U offre une concentration de temples et pagodes des XVe au XVIIIe siècles au milieu de collines et d’une végétation luxuriante.

Jour 9 : Retour à Yangon.

Jour 10 : Bago, ancienne capitale, et ses temples.

Jours 11 à 14 : Bagan, la plaine aux 10 000 pagodes, est une plaine immense dans laquelle les temples du XI et XIIe siècles se perdent à l’horizon.

Jour 15. Retour à Yangon.